Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 07 septembre 2017

Chroniques de Patrick Ottaviani - "Mère disparue" de Joyce Carol Oates & La confusion des sentiments de Stefan Zweig

 

 

Mère disparue.jpgMère disparue  de Joyce Carol Oates - éd. Philippe Rey 2007

 

L’œuvre abondante de Joyce Carol Oates est l’une des plus marquantes de la littérature américaine contemporaine. Comme pour chacun de ses livres sa plume est fluide, captivante sans tabous, ni souci du politiquement correct. Mais si cette fois-ci elle nous surprend, c’est avec une fragilité et une sensibilité qu’on lui connaissait moins.

 

 "Mère Disparue" - Clic

 

**********************

Stéphan Zeig.jpg

La confusion des sentiments de Stefan Zweig - édition Stock 1980  - Livre de poche avril 2010

 

 

En 1927, paraît La confusion des sentiments, récit bref et fulgurant, au succès immédiat. Déjà célèbre, Stefan Zweig excelle avec talent dans tous les genres de la littérature, en particulier dans l’art de la nouvelle et du roman court.

 

La qualité la plus importante du livre est la lecture d’un triangle oedipien  entre le maître, sa femme et le disciple. La passion est là. Comme une lave sous-jacente. Confus, les sentiments s’entremêlent. Désir adultère, désir homosexuel. Cruauté, soumission, avec leurs corrélations psychologiques que sont la honte et la culpabilité. L’érotisme sous-tendu est d’un haut raffinement, tant on est à la fois dans le brûlant et le glacé, ce qui justifie la brièveté de ce récit.

"La confusion des sentiments" -  Clic

 

 

 

Les commentaires sont fermés.