Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 28 mars 2020

Notre Dame de Paris - Les Passagers de la cathédrale - Valère Staraselski - 16 avril 2019

 
 
                                          

Les passagers de la cathédrale 

Qui dira, davantage que l’immense tristesse, que la  fragilité et la limite des mots officiels, l’effroi, la sidération, le désarroi total, la douleur profonde, la colère aussi comme une défense, devant cette inconcevable réalité: Notre-Dame de Paris prisonnière de la fureur des  flammes ! Notre-Dame de Paris livrée au brasier, suppliciée. Notre-Dame, telle une martyre figée au milieu des flammes, comme  ligotée, muette d’épouvante, incapable de se défendre, de se défaire, d’échapper à cette absolue, injustifiable et indéfendable injustice !  A cette cruauté. Pourquoi elle ? Pourquoi précisément elle, vieille dame qui veille sur la capitale et le pays depuis huit siècles ? Pourquoi elle sans qui Paris n’est plus Paris ? Pourquoi elle sans qui notre pays, si malmené en ces temps-ci, se réveille un peu abasourdi, orphelin ? Pourquoi elle qu’un écrivain magique a, par la grâce d’un roman de papier, rendu au peuple en inscrivant durablement  cet édifice de pierre, Notre-Dame de Paris, dans l’imaginaire d’une nation jusqu’à faire de cette église la maison de tous les Français ? Les noms propres de Quasimodo comme celui de Gavroche des Misérables n’appartiennent-ils pas depuis longtemps au langage courant ? De noms propres ne sont-ils pas devenus noms communs, communs à tous, pour tous ?  Pourquoi ce symbole de notre histoire auquel nous tenons tant ? Oui, la peine et l’affliction sont grandes. Cette dame sur un quai de la Seine qui réclamait l’intervention des Canadairs en s’écriant: «  C’est plus qu’un bâtiment qui brûle, c’est notre histoire ! » Quoi de plus à la fois personnel et collectif que l’Histoire, ce présent de tous s’installant dans la mémoire donc dans la durée, donc dans le  tissu de l’existence d’un peuple.

 La vue de la flèche de cet édifice sacré et consacré, national et universel, reliant la Terre au Ciel, les hommes à leurs rêves,  se cassant et puis s’effondrant sur elle-même,  a brisé le cœur des plus endurcis.  Notre-Dame de Paris ! A prononcer ces mots, un sentiment infini de considération, d’estime et d’affection envahit celle ou celui qui parle, tout comme celles et ceux qui écoutent. Car l’intense émotion qui frappe les catholiques s’étend non seulement aux autres croyants mais plus bien largement à celles et ceux en qui les valeurs humanistes sont ancrées et pour qui tout être, croyant ou non, est d’abord sa sœur, son frère. Car la religion pour être parfois, selon Marx, «  l’opium du peuple» est d’abord, selon le même, «  le soupir de l’âme opprimée, l’âme d’un monde sans cœur. »

D’aucuns voient déjà, dans ce malheur, un signe des temps, de l’incurie de notre temps.  Peut-être. Pour nous, retenons en ce début de Semaine sainte que les moments les plus forts de ce récit chrétien nous conte la Passion, c'est-à-dire la souffrance endurée dans la dignité  pour aboutir à l’idée de Résurrection, c'est-à-dire de  renaissance, de renouveau. C’est du reste sa force.

Sans doute que dans ces instants durant lesquels a eu lieu ce qu’il faut bien nommer un partage fraternel,  une communion, devant le terrible incendie qui a ravagé Notre-Dame, communion qui perdure, pouvons-nous constater, dans notre société atomisée par la recherche mortifère de l’avoir, le besoin irrépressible et redoublé d’être ensemble autrement.  Il nous est possible également de nous souvenir de ces paroles du chef des catholiques, le pape François qui, pour qualifier «  le désir sans retenue de l’argent qui commande » employait l’expression de « fumier du diable ».

L’émoi provoqué par ce qu’un quotidien national  nommait Notre- Drame tandis que le New York Times consacrait dès  hier soir un long article à cette tragédie, l’émotion populaire,  sont indéniables. En dépit de la dimension médiatique, ce saisissement n’est pas superficiel, il témoigne que, dans notre diversité même, le patrimoine nous constitue.

Ainsi, qu’on le veuille ou non,  qu’on le sache ou pas, ce mardi 16 avril 2019, nous rappelle que nous avons été, que nous serons un jour ou l’autre,  que sommes tous, en quelque sorte, des passagers de la cathédrale.

Les passagers de la cathédrale - Valère Staraselski.pdf - Clic 

Le site de Valère Staraselski https://valerestaraselski.net/site/

 

L'Atelier d'écriture en Normandie - juillet 2018 - animé par Jean-Lou Guérin

 CAFE 2.jpgimages (1).jpgdownload.jpg
 20180706_095213.jpg20180704_193952b.jpgP1050870a.jpg
Jean-Lou Guérin  animait des ateliers d'écriture aussi bien à Paris qu'en Normandie que dans le Morvan. Il avait le don d’entraîner les personnes qui travaillaient avec lui à se surpasser, se dépasser. Tout était prétexte à écrire. Jean-Lou au cours des ateliers à la campagne avait l'art de concocter de bons petits plats pour le plaisir de tous dont un certain lapin...
 
Les images de l'atelier d'écriture début juillet 2018
 P1050861a (2).jpg20180704_204159a.jpg
https://1drv.ms/f/s!AqBEkXIFH0jWqStPkcJiGLenLBOE - Cliquez Ici
 20180707_225649.jpg20180707_190830.jpg
 
 Les commentaires sont ouverts sur cette note

Nouvelle collection "Les meilleures nouvelles" de La revue Rue Saint Ambroise

 

download.jpgimages (1).jpgdownload.jpg

 

Nous sommes heureux de vous annoncer la parution du premier titre de notre nouvelle collection Les meilleures nouvelles.

Son objectif est de mettre à la disposition des auteurs que nous sommes une bibliothèque idéale de la nouvelle qui nous permette de découvrir en un seul volume l'essentiel de l'œuvre des grands nouvellistes du XXe siècle, grâce à de nouvelles traductions particulièrement soignées.

Nous avons décidé de commencer cette collection par une auteure que nous connaissons bien en tant que romancière, mais assez mal en tant que nouvelliste, Virginia Woolf. L’œuvre de Woolf est pourtant inconcevable sans l’apport de la nouvelle. Élément fondateur de son écriture où naissent, grandissent et se développent toutes ses découvertes littéraires.

Si vous voulez recevoir Les meilleures nouvelles de Virginia Woolf, il vous suffit de nous communiquer votre adresse postale par retour de mail. Le règlement (12 euros) ne s’effectuant qu’après la réception du livre. Vous pouvez également l’acheter à travers notre nouveau site. 

Merci d'avance pour l'intérêt que vous voudrez bien porter à notre travail. S'il vous semble utile et intéressant, n'hésitez pas à le faire connaître autour de vous.

Très cordialement à vous. Bernardo Toro

Revue Rue Saint Ambroise
3, rue Cassini  75014 Paris

https://www.ruesaintambroise.com

 

La Revue Rue Saint Ambroise - Numéro hors série - "Paris Ville du Monde"

 
CAFE 2.jpgimages (1).jpgdownload.jpg
 

parisvillemonde-couverture-d-finitive_orig.jpgLa Revue Rue Saint Ambroise propose un numéro hors-série de la revue intitulé Paris Ville Monde.

Dix migrants d’origine, d’âge et de condition très divers ont rencontré dix auteurs de la revue. Leur échange a donné lieu à dix fictions où les auteurs ont tenté de capter ce qui d’ordinaire échappe au témoignage, mais peut être restitué par la fiction. Les non-dits, les zones d’ombres, mais aussi les émotions, les intuitions, les impressions fugaces qui constituent l’expérience migratoire.

L’objectif commun de ces nouvelles est de retrouver par-delà les idées reçues et les discours lénifiants l’expérience réelle du migrant en apportant à son témoignage une dimension subjective qui, sans le passage à la fiction, resterait inconnue.

Le numéro est disponible en librairie. Vous pouvez également le recevoir dès maintenant grâce au système PayPal du site http://ruesaintambroise.weebly.com/ Le prix du numéro est de 12 euros.  Plus simple encore, en communiquant votre adresse  postale par retour de mail à la revue  ruesaintambroise@gmail.com afin  de vous l'envoyer sans frais de port.

La Revue Rue Saint Ambroise a créé un site afin de  découvrir le contenu du numéro :

Le site de Paris Ville Monde ainsi qu'une vidéo La vidéo de Paris Ville Monde

 

La Revue Rue Saint Ambroise - ClicCalendar

 

hommage à Jean-Lou Guérin -Jeanne Marie - Le jardin des poètes

CAFE 2.jpgimages (1).jpgdownload.jpg

 

2466475664.jpg

Le jardin des poètes - Jeanne Marie - hommage à Jean-Lou Guérin  Clic 

Jeanne Marie a enregistré la soirée au Café de la Mairie en hommage à Jean-Lou Guérin.  Cet enregistrement de témoignages authentiques et touchants a été diffusé sur l'antenne de Radio Fréquence Paris Plurielle dans son émission mensuelle "Le Jardin des Poètes" : on y retrouve un sentiment unanime de gratitude, d'amitié et d'admiration pour cet homme généreux, sensible, discret qui a tant donné aux poètes, écrivains, essayistes depuis vingt ans.

 

Nicole Tourneur - auteure - Initiatrice du blog des mardis littéraires

 

 CAFE 2.jpgimages (1).jpgdownload.jpg

En juin 2018 - Jean-Lou Guérin fêtait ses 80 ans avec ses amis lors d'un méga pique nique. Il a offert Où va le temps de Nicole Tourneur à ses invités. 

Nicole Tourneur Photo OK.jpg En mai 2011Nicole Tourneur, une grande amie de beaucoup d'entre vous, est décédée.

Sa joie de vivre communicative, son sourire, son tempérament dynamique et ses ouvrages nous restent.

Vous pouvez vous procurer auprès des éditeurs de Nicole Tourneur ses derniers livres Où va le temps (2010)  éditions de Janus  et La cerise sur le Gâteau (2011) éditions Du bout de la rue.

Nicole Tourneur Biblio en vrac.jpgNicole Tourneur auteure, s'est essayée avec bonheur à la poésie, aux nouvelles, aux romans  et  également à la littérature pour la jeunesse.

Nicole Tourneur était membre de la Société des gens de lettres et écrivaine adhérente de la Maison des écrivains et de la littérature.

La Bibliographie de Nicole Tourneur - Clic Ici

Nicole Tourneur et Patrick Ottaviani sont les initiateurs du blog des Mardis littéraires de Jean-Lou Guérin. Fin 2010, Nicole Tourneur se sentant fatiguée a demandé à Arlette Vidal-Naquet de la remplacer.

Le mardi 7 mai 2013 a eu lieu une Soirée exceptionnelle - Soirée Nicole Tourneur - Soirée du souvenir - Nouvelles" Où va le temps…" éd. de Janus - CD à titre d’action caritative par la Bibliothèque Sonore d'Orsay Val de l’Yvette à l’intention des personnes déficientes visuelles. Interview de Nicole Tourneur - radio FM 93.9. Dominique Bellon  a présenté La Bibliothèque Sonore d’Orsay de l’association des Donneurs de Voix.  En présence des éditions du Bout de la rue, des éditions Gunten et Janus.

Soirée exceptionnelle - Soirée Nicole Tourneur - Soirée du souvenir - Clic Ici

Nicole Tourneur Abécédaire - Clic Ici

 

 Les commentaires sont ouverts sur cette note

 

 

Jean-Lou Guérin nous a quittés.

CAFE 2.jpgimages (1).jpgdownload.jpg

 

Jean-Lou Guérin.jpgJean-Lou Guérin  est décédé le 26 juillet 2018.

Jean-Lou Guérin avait fêté en juin 2018 ses 80 ans. Il avait reçu ses nombreux amis, le pique nique était joyeux et bon enfant.  

Les Mardis littéraires de Jean-Lou Guérin existent depuis 1998 et nous devions boire le champagne en septembre pour fêter les vingt ans.

Nous nous devons de souligner que Jean-Lou Guérin a permis à de nombreux auteurs de parler de leurs ouvrages,  de les promouvoir. 

_________________________________________________________________________________
 
Le mardi 4 septembre 2018 au premier étage du café de la mairie à 20h30 sa famille, ses amis étaient présents pour parler de  lui, évoquer cet homme de qualité. Beaucoup de monde, salle comble, des personnes n'ont pas pu rentrer... Des hommages touchants qui démontraient à quel point il aimait les livres, les auteurs, les éditeurs. 
_______________________________________________________________________
 
  Les commentaires sont ouverts sur cette note
 
La note "Hommages des uns et des autres " permet à toute personne qui souhaite s'exprimer de le faire en envoyant le texte à Arlette Vidal-Naquet arlettevn@free.fr