Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 18 août 2018

Jean-Lou Guérin nous a quittés.

CAFE 2.jpgimages (1).jpgdownload.jpg

 

Jean-Lou Guérin.jpgJean-Lou Guérin  a eu un arrêt cardiaque qui a nécessité une hospitalisation immédiate sur place, il a donc été transporté à l’hôpital où il est décédé dans la nuit du 26 juillet 2018.

Sa famille, ses amis sont bouleversés. Nous sommes de tout cœur avec eux.

 Jean-Lou Guérin avait fêté en juin 2018 ses 80 ans. Il avait reçu ses nombreux amis, le pique nique était joyeux et bon enfant.  

Les Mardis littéraires de Jean-Lou Guérin existent depuis 1998 et nous devions boire le champagne en septembre pour fêter les vingt ans.

Nous nous devons de souligner que Jean-Lou Guérin a permis à de nombreux auteurs de parler de leurs ouvrages,  de les promouvoir. 

_________________________________________________________________________________
 
Le mardi 4 septembre 2018 au premier étage du café de la mairie à 20h30 sa famille, ses amis seront présents pour parler de  lui, évoquer cet homme de qualité.
_______________________________________________________________________
 
  Les commentaires sont ouverts sur cette note
 
La note "Hommages des uns et des autres " permet à toute personne qui souhaite s'exprimer de le faire en envoyant le texte à Arlette Vidal-Naquet arlettevn@free.fr 

Le programme des mardis littéraires du mois de septembre 2018

   CAFE 2.jpg download.jpg CAFE 2.jpg  

Les mardis littéraires de Jean-Lou Guérin ont lieu tous les mardis à 20 heures 30 - au 1er étage du café de la Mairie8 place Saint Sulpice - Paris 6e - Métro $aint Sulpice - Mabillon

Le programme des mardis littéraires du mois de septembre 2018

4 septembre - Soirée du souvenir avec la famille et les amis de Jean-Lou Guérin

Soirée du souvenir - Clic

11 septembre - Ethel Salducci - La Petite musique de Jeanne éditions Luce Wilquin

L'Auteur - son ouvrage – l'éditeur - Clic

18 septembre - Marie Rouzin- Circulus éditions Serge Safran

L'Auteur - son ouvrage - l'éditeur - Clic

25 septembre - Soirée commémoration - 10ème anniversaire de la mort de Gérard Étienne - Sous le parrainage de l’association des amis de Jean Métellus - Gérard Étienne, l’homme révoltéPrésentation de l’œuvre - Ginette Adamson - Yves Chemla  - Alba Pessini - Lectures - Mariann Mathéus

Gérard Etienne - L'Homme révolté - Clic

Lectures - Débats - Vente de livres - Signatures

 

Les commentaires sont ouverts sur la note

 

Les Hommages des uns et des autres

  CAFE 2.jpgimages (1).jpgdownload.jpg

Annie Bearez  - Jean Lou  était écoutant bénévole à SOS amitié depuis bien longtemps, il aimait dire qu’il était" taiseux", ce mot lui correspond bien, j’ai encore du mal à parler de Jean Lou au passé. Il parlait peu, mais, dès qu’il disait quelque chose, nous étions tout ouie, ses paroles étaient denses, précises, riches. J’ai eu la chance d’être dans le même « partage » (réunions en groupe des écoutants avec un psy qui nous aide à réfléchir sur notre écoute a SOS amitié) plusieurs années, et nous avions nos rituels : le petit café avec le petit biscuit avant le partage, avec quelques mots échangés. Jean Lou aimait me parler de lui, de ses ateliers d’écriture, de ses cafés littéraires, et oui, pour un taiseux, c’est précieux. J’appréciais sa présence, apaisante pour moi, il était aussi un modèle : si vivant, si beau, si grand dans tous les sens du terme Tu es parti trop tot, Jean Lou. Tu restes présent dans les murs de Paris Sud, notre "antre", et aussi dans mon cœur.

_________________________________________________________________________

 CAFE 2.jpgimages (1).jpgdownload.jpg

Jean-François Blavin - Hommage à Jean-Lou - J’ai connu Jean-Lou Guérin grâce à ses fameux  "Mardis Littéraires" du Café de la Mairie à Saint- Sulpice. Je m’y rendais chaque fois que mon emploi du temps me le permettait. J’appréciais son accueil attentif ainsi que le soupçon d’humour qui filtrait autour de certaines de ses phrases. Il avait la gentillesse de m’inviter lors de la signature de mes livres. En compagnie de Nicole Durand nous étions parfois parmi les lecteurs de ses invités. A l’inverse de certaines personnes quelque peu infatuées parmi les gens de plume, il ne s’affichait jamais, ses qualités humaines se devinaient. Il ne disait rien de ses propres créations.  Il n’empêche, sa place était reconnue dans les milieux littéraires. Je repense avec émotion à la fête de ses 80 ans si récente. Son accueil et son attention pour chacun donnaient une ambiance simple et joyeuse, le temps était magnifique, sa famille et ses amis étaient heureux. Cinq ans auparavant la fête s’était déroulée dans la maison, le temps était à la pluie, mais avec le même climat chaleureux. Il devenait peu à peu un ami ; mon affliction est grande.

Jean-François Blavin  Ici

_______________________________________________________________________________________

   CAFE 2.jpgimages (1).jpgdownload.jpg
 
Désirée Boillot - C'est avec beaucoup de tristesse que j'ai appris la disparition brutale de Jean Lou Guérin, cet inlassable combattant au service des auteurs de l'ombre auxquels il donnait de la lumière en les conviant aux soirées des mardis littéraires pour la présentation de leur ouvrage. Je repense avec reconnaissance à la soirée de mars 2017 où Jean-Lou Guérin m'avait conviée pour parler de mon recueil de nouvelles. Merci encore, Jean-Lou, pour votre générosité et votre gentillesse qui étaient au rendez-vous pour nous, les auteurs, par tous les temps, tous les mardis, au café de la Mairie, place Saint-Sulpice.

__________________________________________________________________________________

  CAFE 2.jpgimages (1).jpgdownload.jpg

Jean-Claude Caillette - C’est avec beaucoup de stupéfaction et de tristesse que j’ai appris le décès de Jean-Lou. Depuis une dizaine d’années, je fréquentais - quoique d’une manière épisodique –  "les mardis littéraires de Jean-Lou Guérin", tant comme participant, qu’en tant qu’auteur. Grâce à lui, j’ai rencontré et lié des connaissances - si ce n’est des amitiés - avec des auteurs ou professionnels du livre, ou simplement des amoureux de la littérature. J’ai beaucoup aimé ces rendez-vous apaisés. Quelques fois, nous nous y rendions à l’avance et dînions de quelque croque-monsieur ou assiette de crudités avec des amis supporters d’un écrivain. Jean-Lou animait le café littéraire comme il était dans la vie, me semble-t-il ; avec la discrétion qui le caractérisait. Quand on le connaissait mieux, on pouvait même déceler une véritable humilié dans son comportement vis-à-vis de ce milieu où, pour certains, le paraître est une attitude...

Jean-Claude Caillette  Ici

__________________________________________________________________________________

  CAFE 2.jpgimages (1).jpgdownload.jpg

Marie-Claire Calmus - "Je revois jean-Lou surgir dans la salle de spectacles ou d'exposition , les bras encombrés de grands sacs en plastique pleins de livres, venant de quelque librairie amie comme la Lucarne des Ecrivains où il animait un atelier d'écriture. Je n'oublierai pas cette délicate et infaillible amitié, ce soutien continu à mes efforts et à mes travaux. A jamais  merci Jean-Lou !"

_________________________________________________________________________

  CAFE 2.jpgimages (1).jpgdownload.jpg

Claude Chagnol - Le départ vers des ailleurs de Jean Lou Guérin me peine d'autant qu'il m'était fidèle depuis belle lurette. En effet j'ai eu le privilège d'être convié plusieurs fois au café de la Mairie pour y présenter des livres. Et à chaque fois  Jean Louis savait s'effacer derrière ses invités  pour mettre en vedette  ses plumitifs  qui sont pour la plupart devenus ses amis  C'est une figure incontournable des cafés littéraires parisiens qui disparaît avec lui. Pour beaucoup de plumes contemporaines, c'est un ami qui nous  devance dans cet inconnu où nous aboutirons tous. Et je ne doute pas qu'il nous y attend  avec l'œil de la connivence qui inclue sans aucun doute une évidente bienveillance, ce qui pour lui  allait de soi...

Claude Chanaud  Ici

__________________________________________________________________________________

  CAFE 2.jpgimages (1).jpgdownload.jpg

Maggy De Coster  - Le monde littéraire est en deuil - Je suis très attristée par la disparition inattendue de Jean-Lou Guérin qui m'avait invitée par deux fois aux Mardis Littéraires, cette manifestation qui rassemble des auteurs de tous genres. Je l'appréciais beaucoup pour sa générosité, son esprit d'ouverture, sa spontanéité d'autant qu'il m'avait fait l'honneur de m'inviter en juin dernier à son anniversaire avec tant d'autres écrivains et nous avons passé un moment très convivial avec lecture de textes des uns et des autres à la clé. Toujours au mois de juin, à la dernière séance des Mardis littéraires, il m'avait demandé si j'étais contente de la rencontre autour de son anniversaire. Ma réponse ne pouvait être que positive. Dans cette perspective, il m'avait promis de m'inviter une nouvelle fois aux Mardis littéraires. On s'était séparés dans l'intention de se revoir à la rentrée...

  Maguy De Coster Ici

_________________________________________________________________________

  CAFE 2.jpgimages (1).jpgdownload.jpg

Jeanne Guizard - Pour Jean-LouJean-Lou, ta disparition a fait venir mes larmes, moi qui ne pleure jamais, comme si je perdais une deuxième fois mon père. J’ai compris avec toi le sens des mots humilité, délicatesse, discrétion. Ta présence était silencieuse, d’autant plus forte pour chacun. On savait que tu étais là, toujours bienveillant. Tu aimais les gens qui écrivent, qui ont des choses à dire sur la vie. Tu aimais les gens, tout simplement. Tu ne donnais jamais d’ordre, tu laissais venir en toute liberté...

Jeanne Guizard  Ici

_________________________________________________________________________

  CAFE 2.jpgimages (1).jpgdownload.jpg

Remi Huppert - J’ai appris avec beaucoup de tristesse le décès brutal de notre ami Jean Lou Guérin. Je le connaissais bien depuis dix ans, grâce à Arlette, pour avoir présenté plusieurs de mes livres aux Mardis Littéraires dont il était l’animateur zélé et infatigable. Il avait réussi à faire de ces Mardis un rendez-vous incontournable de la littérature, permettant à de nombreux auteurs de faire connaitre leur travail. Nous nous sommes revus la dernière fois à l’occasion de son anniversaire auquel j’avais participé au printemps alors qu’il était entouré de l’affection des siens. Je garderai toujours le souvenir d’un homme cultivé, discret, attentif et entièrement dévoué à la cause littéraire qu’il servait si bien. Toutes mes pensées vont à sa famille et à ses amis.

_________________________________________________________________________

 

  CAFE 2.jpgimages (1).jpgdownload.jpg

Luce Jame - Un homme de cœur et un inlassable passeur, toujours prêt à aider à promouvoir un livre. Discret et pudique, c’était un distrait attentif, avec un sens de l’orientation des plus fantaisistes. On se le rappelle tous s’assoupissant pendant une présentation qui ronronnait et qui  durait un peu trop à son goût, mais comme les chats il ne dormait que d’un œil et donnait le signal de la fin de la soirée avec sa phrase habituelle « Et n’oubliez pas vos cadeaux, Noël approche – ou bien c’était les vacances… – les livres sont à votre disposition ». Je ne connais personne d’autre qui pourrait le faire avec autant de naturel. Et puis le dernier verre avec l’auteur et le lecteur. On repassait la soirée en revue et si l’assistance avait été particulièrement nombreuse et qu’il avait fallu aller chercher des tabourets supplémentaires Jean-Lou et l’auteur étaient particulièrement heureux. Je garde le souvenir de notre dernière conversation fin juin en allant au lycée Henri IV. Il me parlait de son prochain voyage à Bruxelles, de ce qu’il allait y faire, de l’habitude qu’il allait retrouver de prendre son premier café du matin dans le même café tout en lisant son journal, et de son anniversaire où il avait offert à chacun de ses invités le recueil de nouvelles Où va le temps de Nicole Tourneur, dont nous avions fait la présentation aux mardis littéraires quelques mois avant le décès de Nicole.

__________________________________________________________________________

  CAFE 2.jpgimages (1).jpgdownload.jpg

Mathias Lair - J ai rencontré Jean Lou dans un atelier d’écriture, à l’Aleph, au début des années 90. Puis nous fûmes voisins, près de la rue de Vaugirard. Il voulait alors monter avec moi un atelier d’écriture : nous avons réfléchi au projet, construit quelques outils de communication, je ne sais plus comment ni pourquoi nous l’avons abandonné.Je l’ai retrouvé plus tard à ses Mardis littéraires. Discret, assis en fond de la salle, jamais en devant de scène, je dirai : tenant à donner à l’autre toute la place. Il se contentait d’être généreux, il ne tenait pas à ce que cela se sache, il ne cherchait pas à en tirer des dividendes. Accueillant aussi bien les auteurs inconnus que les connus, leur attribuant une même valeur humaine. Je suis venu trois fois présenter mes livres à ses Mardis...

Mathias Lair   Ici

________________________________________________________________________________

  CAFE 2.jpgimages (1).jpgdownload.jpg

Armel Louis - Oraison funèbre de Jean-Lou Guérin - à Courcy-aux-Loges le vendredi 3 août 2018 - Il y a quelques mois je me trouvais à cette place, pour l’enterrement de ma mère. Je peux comprendre aujourd’hui le ressenti de la perte de votre père, de votre parent, de votre ami. Perdre une mère, c’est couper le cordon ombilical une seconde fois ; perdre un père, c’est trancher le fil d’Ariane du labyrinthe de la vie. Les enfants enterrent leurs parents, voilà l’ordre des choses. On en est accablé, mais on en sort grandi, agrandi.  Les survivants sont augmentés de la mémoire de ceux qu’ils ont aimés, avec qui ils ont partagé les bonheurs, les heurs et les malheurs, avec ceux-là qui sont partis. Jean-Lou n’aurait pas aimé ce discours bien sérieux. Il se serait moqué gentiment de moi, et l’on aurait bavardé, autour d’un verre de vin, de littérature ou d’éditions. Il en aurait profité pour marchander quelques bouquins d’occasion de ma librairie et, après une âpre discussion, on aurait trinqué de nouveau avec la dive bouteille. La vie est une chose trop sérieuse pour qu’on la prenne sérieusement. Nous nous étions rencontrés à travers l’amour des livres, des mots, de l’écriture. Sa passion l’avait amené à fonder, il y a vingt ans, un salon hebdomadaire, les Mardis littéraires, place Saint-Sulpice, à 20h30...

Armel Louis Ici

___________________________________________________________________________________________

  CAFE 2.jpgimages (1).jpgdownload.jpg

Giovanni Merloni - La disparition soudaine de Jean-Lou Guérin m'attriste beaucoup et m'impressionne aussi. On n'est jamais préparé à accepter cette réalité de la mort et cela déclenche immédiatement un sentiment de manque et de regret pour la personne qui disparaît et aussi pour tout ce qui vivait autour de lui, grâce à son engagement constant, qui disparaît aussi.  J'imagine bien le chagrin et les sentiments bouleversés de tous ceux qui ont partagé de près le travail de Jean-Lou Guérin. Mais je crois qu'il faut surtout penser à tout ce que cette belle personne a donné, au lieu de se plaindre pour ce qu'il n'y aura plus après sa mort ! Le portrait de cet homme simple et gentil que nous livre Valère Staraselski correspond parfaitement à mon ressenti et je partage aussi les mots sincères de Jean-Claude Caillette. Me voyant toujours moins en acteur qu'en spectateur des mardis littéraires, j'ai échangé très peu avec Jean-Lou, car je respectais les attitudes réservées que cet homme généreux s'imposait, je crois, pour consacrer toutes ses énergies à la réussite de chaque soirée...

Giovanni Merloni  Ici

_________________________________________________________________________

  CAFE 2.jpgimages (1).jpgdownload.jpg

Isabelle Minière 

Il était là.

Il était là, à sa table, toujours la même.

Discret, un peu mystérieux. Que pensait-il ? Que ressentait-il ?

Je le sentais  content d'être là, content qu'on soit venus, avec un petit mot pour le dire.

Il m'a toujours saluée avec beaucoup de gentillesse, ça me faisait plaisir de le voir, chaque fois, à sa place, à sa table. Toujours un peu mystérieux. Ça me plaisait bien, cet aspect mystérieux. Qui étiez-vous, Jean-Lou ? C'est bien, de partir avec ses secrets.  

J'aimais l'entendre nous rappeler, à la fin de chaque mardi littéraire,  de penser à nos cadeaux de Noël,  surtout quand on était en été, ce qui fut le cas, cette toute dernière fois.

Cette blague potache, malicieuse (surtout en été) me donnait l'impression qu'il serait toujours là.

Il y a des personnes qu'on voudrait immortelles...

Isabelle Minière Ici

_________________________________________________________________________

  CAFE 2.jpgimages (1).jpgdownload.jpg

Sarah Mostrel - Le 29 juillet dernier, j’apprenais la disparition de Jean-Lou Guérin. Ce fut un choc et une grande tristesse qui alors s’emparèrent de moi alors que j’étais sur mon lieu de vacances. Car Jean-Lou, je l’ai connu en 1998, lorsqu’il lançait ses soirées littéraires, il y a 20 ans. Je découvrais alors le Café de la mairie, place Saint-Sulpice, en même temps que je m’apprêtais à publier mon premier livre. Je me souviens encore la discussion que j’eus alors avec celui à qui je confiais mon engouement par rapport à l’écriture mais aussi mes doutes. En retour, je recevais ses encouragements et une douceur que je lui ai toujours connue.

Nombreux furent les mardis soirs où pour rien au monde je ne ratais les soirées de Jean-Lou. Quel bonheur de découvrir de multiples auteurs, connus ou inconnus, venus parler de leur ouvrage ! J’étais passionnée par ces débats et cherchais par-dessus tout à comprendre les raisons qui poussent un écrivant à écrire. Peut-être ainsi voulais-je comprendre ma propre démarche…

Sarah Mostrel Ici

_________________________________________________________________________

  CAFE 2.jpgimages (1).jpgdownload.jpg

Patrick Ottaviani -  Lettre à Jean-Lou GuérinCher Jean-Lou, Je viens d’apprendre que tu t’en étais allé. Il n’y a pas si longtemps, le 10 juin, nombreux étaient venus te souhaiter un joyeux anniversaire dans une maison agrémentée d’un superbe jardin aux abords de l’hippodrome de Chantilly. Comme cadeau, tu avais souhaité que chacun participe à ton projet d’achat d’une voiture. Ce jour-là, le soleil était au rendez-vous, juste ce qu’il fallait, et ce fut un magnifique dimanche à la campagne. Deux jours plus tard, le 12 juin, au terme d’un énième mardi littéraire où tu m’avais invité à présenter mon dernier livre, tu t’es mis à me parler, de loin, à travers la salle, de nos rencontres du passé. Souvent tu le faisais. Souvent tu aimais à redire les mêmes choses vécues. Ça m’agaçait un peu, mais au fond de moi, j’étais heureux et fier que tu extraies de ta mémoire, avec une grande précision, les petits faits de notre amitié de vingt-cinq ans...

Patrick Ottaviani Ici

_________________________________________________________________________

  CAFE 2.jpgimages (1).jpgdownload.jpg

Marie Sizun - J'ai appris avec une grande  émotion la nouvelle presque improbable de la mort de Jean-Lou. Jean-Lou mort? J'entendais encore sa voix joyeuse au téléphone : " Allo, allo! Ici Jean-Lou ! " Lui si vivant, toujours présent, infatigable, on pouvait le  croire en dépit de son âge inaccessible à la maladie et surtout à la mort. Je le revois courant à travers Paris avec à bout de bras des sacs en plastique  pleins de livres qu'il allait  présenter à  ses "mardis littéraires", ou,  le premier arrivé  dans la salle du haut du Café  de la Mairie, les disposant sur la table et recevant avec un mot gentil chaque  participant, auteurs, éditeurs, fidèles  spectateurs. Comme il était content de faire salle comble ! " on a eu une belle salle, hein ?", nous disait-il après.  Car le succès de l'auteur, c’était son succès, lui le modeste par excellence. Combien d'auteurs encore inconnus a-t-il présentés et permis d'avancer !..

Marie Sizun Ici

________________________________________________________________________

  CAFE 2.jpgimages (1).jpgdownload.jpg

Valère Staraselski - J’ai connu, comme beaucoup d’auteurs, Jean Lou par l’activité qu’il consacrait aux cafés littéraires du mardi soir. Il doit y avoir longtemps, car j’avoue ne plus me souvenir de la date... Quand il a perdu son père, j’ai découvert un être ultra-sensible.  Il est venu à plus de deux cent kilomètres de Paris afin d’assister aux obsèques de Roxane Maurer, Annie pour moi... Pour ce qui émanait de lui, sa douceur, sa disponibilité, ses encouragements, difficile  d’oublier un tel homme... Il était à lui seul une véritable institution en même temps qu’un être simple, attentif, jamais pesant, d’une générosité peu commune. Difficile de ne pas aimer Jean Lou. Grâce à lui, à son engagement jamais démenti, il a permis à des dizaines d’auteurs d’exister...Il manquera beaucoup, beaucoup…

Valère Staraselski Ici

_________________________________________________________________________

  CAFE 2.jpgimages (1).jpgdownload.jpg

Mario Urbanet - C’est la stupeur qui prévaut face à cette brutale disparition. Je n’avais pu hélas me rendre à son invitation pour ses 80 ans. Mais je comptais bien le retrouver à la rentrée pour reporter un autre RV manqué au « Mardi » qu’il m’avait offert pour cause de neige, en  février dernier. Je suis triste avec ses nombreux amis. Je le disais en chaque occasion de sa présence, Jean-Lou fut pour moi un maître à écrire. Je pense sincèrement que sans ses conseils, je n’aurais jamais rien publié. Sa modestie était telle, qu’il en souriait. Mais j’ose espérer qu’il en ressentait une satisfaction bien légitime. Je garde en moi les paroles très sensibles qu’il m’a adressées lors d’une lecture à IVRY, au C33 où il était venu en voisin et en ami, nous étions convenus de nous retrouver à Saint Sulpice pour un nouveau « Mardi » à la rentrée. Ce RV là aussi sera manqué hélas. Il demeure en moi le souvenir d’un homme bienveillant, aux conseils toujours judicieux, et l’image d’un homme de culture  qui savait partager son  savoir avec une prodigalité sans frontière.

_________________________________________________________________________

  CAFE 2.jpgimages (1).jpgdownload.jpg

Arlette Vidal-Naquet - J’ai connu Jean-Lou Gérin par Marie Sizun, auteur. Je m’étais rendue au Café de la mairie au premier étage pour la présentation de son premier ouvrage Le Père de la petite. J’ai été séduite par l’atmosphère, par l’ambiance de la salle, par Jean-Lou Guérin qui se tenait en retrait, charmant, attentif. Au cours d’un mardi littéraire j’ai rencontré Nicole Tourneur qui présentait Où va le temps sorti en 2010. Nous avons sympathisé, nous sommes devenues amies. Elle s’occupait du Blog des Mardis littéraires de Jean-Lou Guérin, lui ne voulant ni ordinateur, ni portable. Comme sa santé déclinait elle m’a demandé de bien vouloir m’occuper du blog, ce que j’ai accepté avec joie.  Je me suis donc chargée de la tenue du blog. Jean-Lou me remettait, chaque mois une feuille avec l’indication des mardis, des auteurs, des titres présentés, des éditeurs...

Arlette Vidal-Naquet Ici

_________________________________________________________________________________

  CAFE 2.jpgimages (1).jpgdownload.jpg

Claude Yvans & Danou - Hommage à Jean-Lou Guérin "Suite Dialogue entre Dimensions" Jean-Lou avait, A  car il a toujours eu de l’éternel dans son regard, A un silence porteur, plein de pleines connaissances, d’écoute et d’attention aux êtres, qui témoignent par l’Ecriture.  En plus du doux moment d’une de ses paroles, qui va percuter un lieu de silence,  créé juste par sa présence. En plus de ce Son d’acceptation, de ses mots qui franchissent, une Paix prononcée, avec une légèreté grave, et son rire aussi, sourire en plus, en plus de toute cette magie simple de son humanité, il va aider l’écrivaine et l’écrivain en face à parler de son écrit : c'est 20 ans de ce don, de ce calme qui enrichit le livre. D’allure et d’image très jeune par le sourire et les délicates phrases, cet accordeur d’instant du mardi soir au café Saint-Sulpice,  comme venu du fond de l’écriture romantique, mais ouvert à tout ce qui viendrait changer la pensée pour un Nouveau Monde, libéré des systèmes de croyance : et il y a de l’ouvrage... Il avançait accords, agenda, écoute, et lecture de l’autre. il envoie un état de Poésie Permanente vécu dans le réel, il le prouve par lui : nous pouvons en faire une vie...

Claude Yvans  Ici

_________________________________________________________________________

 Les commentaires sont ouverts sur cette note

 

L'Atelier d'écriture en Normandie - juillet 2018 - animé par Jean-Lou Guérin

 CAFE 2.jpgimages (1).jpgdownload.jpg
 20180706_095213.jpg20180704_193952b.jpgP1050870a.jpg
Jean-Lou Guérin  animait des ateliers d'écriture aussi bien à Paris qu'en Normandie que dans le Morvan. Il avait le don d’entraîner les personnes qui travaillaient avec lui à se surpasser, se dépasser. Tout était prétexte à écrire. Jean-Lou au cours des ateliers à la campagne avait l'art de concocter de bons petits plats pour le plaisir de tous dont un certain lapin...
 
Les images de l'atelier d'écriture début juillet 2018
 P1050861a (2).jpg20180704_204159a.jpg
https://1drv.ms/f/s!AqBEkXIFH0jWqStPkcJiGLenLBOE - Cliquez Ici
 20180707_225649.jpg20180707_190830.jpg
 
 Les commentaires sont ouverts sur cette note

Nicole Tourneur - auteure - Initiatrice du blog des mardis littéraires

 

 CAFE 2.jpgimages (1).jpgdownload.jpg

En juin 2018 - Jean-Lou Guérin fêtait ses 80 ans avec ses amis lors d'un méga pique nique. Il a offert Où va le temps à ses invités. 

Nicole Tourneur Photo OK.jpg En mai 2011Nicole Tourneur, une grande amie de beaucoup d'entre vous, est décédée.

Sa joie de vivre communicative, son sourire, son tempérament dynamique et ses ouvrages nous restent.

Vous pouvez vous procurer auprès des éditeurs de Nicole Tourneur ses derniers livres Où va le temps (2010)  éditions de Janus  et La cerise sur le Gâteau (2011) éditions Du bout de la rue.

Nicole Tourneur Biblio en vrac.jpgNicole Tourneur auteure, s'est essayée avec bonheur à la poésie, aux nouvelles, aux romans  et  également à la littérature pour la jeunesse.

Nicole Tourneur était membre de la Société des gens de lettres et écrivaine adhérente de la Maison des écrivains et de la littérature.

La Bibliographie de Nicole Tourneur - Clic Ici

Nicole Tourneur et Patrick Ottaviani sont les initiateurs du blog des Mardis littéraires de Jean-Lou Guérin. Fin 2010, Nicole Tourneur se sentant fatiguée a demandé à Arlette Vidal-Naquet de la remplacer.

Le mardi 7 mai 2013 a eu lieu une Soirée exceptionnelle - Soirée Nicole Tourneur - Soirée du souvenir - Nouvelles" Où va le temps…" éd. de Janus - CD à titre d’action caritative par la Bibliothèque Sonore d'Orsay Val de l’Yvette à l’intention des personnes déficientes visuelles. Interview de Nicole Tourneur - radio FM 93.9. Dominique Bellon  a présenté La Bibliothèque Sonore d’Orsay de l’association des Donneurs de Voix.  En présence des éditions du Bout de la rue, des éditions Gunten et Janus.

Soirée exceptionnelle - Soirée Nicole Tourneur - Soirée du souvenir - Clic Ici

Nicole Tourneur Abécédaire - Clic Ici

 

 Les commentaires sont ouverts sur cette note

 

 

lundi, 13 août 2018

"Qui est-ce" - Album jeunesse - mêlant sciences et poésie

 CAFE 2.jpgimages (1).jpgdownload.jpg

ulule_titre_dadoclem.rNgLmJKj81J8.jpg

 

"Qui est-ce ?"  est le titre du nouvel album jeunesse à paraître très prochainement chez Dadoclem. Un projet qui a besoin de vous pour être édité. 

Ce livre, aiguisant la curiosité du lecteur dès les premières pages, nous entraîne dans l'aventure de l'évolution sur terre.

Son format (23cm x 30cm) en fait un superbe objet à offrir.

L'auteure, Paola Vitale, biologiste de métier, retrace avec une grande finesse, le parcours de l’embryon humain et permet à l’enfant d’appréhender le concept de l’évolution.

L'album est magnifiquement illustré par Rossana Bossù dont le talent insuffle beauté et poésie dans chaque page de l'ouvrage.

Et maintenant ?
Une ribambelle d’aquarelles superbes, une touche de science avec Darwin

Un projet qui a besoin de vous pour être édité.

Dadoclem est une maison d’édition indépendante et familiale, spécialisée dans la littérature jeunesse qui permet aux petits lecteurs de dialoguer avec les livres et de s'amuser grâce à leurs lectures.

Permettre aux enfants d’apprendre des choses grâce au plaisir de la lecture fait clairement partie de l’ADN de notre maison et c’est exactement ce que « Qui est-ce ? » propose à ces futurs lecteurs en herbe.

Nous sommes fiers de publier ce magnifique album en France !   Vos contributions nous permettront de fabriquer ce livre sur un joli papier, de soigner la maquette, de rémunérer les auteures, la correctrice, l'imprimeur, le transporteur... Bref, nous avons besoin de votre soutien.

N’hésitez pas à pré commander plusieurs exemplaires de ce joli livre, pour les offrir autour de vous !

"Un seul monde et tant de points de vue", telle est notre devise.

ca554f3ee25486e5cadf59d8f0f4073a.png

Dadoclem est né en 2006, grâce à Danica Urbani et sa famille.

Cette maison d’édition indépendante propose divers formats à la fois éducatifs et originaux. Le catalogue est composé d’albums, de romans mais aussi de livres bilingues !                                                                              

Les publications de Dadoclem éveillent la curiosité des enfants tout en leur apportant des connaissances sur d'autres cultures, sur les sciences, sur l'histoire... Donner aux enfants le plaisir de lire est un réel défi que nous tentons de relever tous les jours.

La maison d’édition se déplace également dans les écoles pour animer des conférences sur le métier d’éditeur et des ateliers, notamment d’écriture ou de langues, afin de transmettre le goût de la lecture dès le plus jeune âge.

Nous travaillons également comme prestataire et fabriquons des livres pour les associations, les écoles et les particuliers.

Retrouvez-nous sur notre site internet, sur Facebook et sur Instagram !

http://www.dadoclem.fr

https://www.facebook.com/EditionsDadoclem/

https://www.linkedin.com/in/danicaurbani/

https://www.instagram.com/dadoclem/

  Les commentaires sont ouverts sur cette note

18:15 Publié dans Jeunesse | Lien permanent | Commentaires (0)

Critique "Opalivres" Qui est-ce ? Les mille vies de l'être humain ♥ -

CAFE 2.jpgimages (1).jpgdownload.jpg       

  header.jpg

Qui est-ce ? Les mille vies de l'être humain ♥

3790448112.jpg

 DOCUMENTAIRE - Dès 7 ans de Paolo VITALE illustré par Rossana BOSSÙ -Éditions Dadoclem - 14€

Voici une superbe initiation à la théorie de l'évolution. En deux illustrations saisissantes, les auteurs nous font comprendre à quel point les êtres vivants sont proches.

En particulier la planche comparant les très jeunes embryons de poisson, d'oiseau, de salamandre ou d'être humain surprendra les plus sceptiques.

La représentation de la différenciation des embryons est également très signifiante.

Au tout début du développement des embryons, il est difficile de savoir quel être va apparaître.

Puis à un moment, représentée par le col du sablier, la différenciation s'opère.

Le parallèle entre le développement de l'embryon humain et celui du poisson est troublant, montrant que des plis repérés dans l'embryon du poisson deviennent des branchies alors que les mêmes plis de l'embryon humain deviennent poumons.

Et ainsi de suite pour les doigts palmés au départ de l'embryon humain qui se transforment en doigts, ou

le coccyx de l'homme vestige d'une queue de nos lointains ancêtres.

Une planche surprenante encore avec les deux petits os qu'on retrouve chez l'homme et le serpent sauf que chez celui-ci ils n'ont plus le même rôle que pour l'homme car ils ont évolué en même temps que lui.

Dans cet ouvrage, point de grande démonstration, pas trop de détails, juste l'essentiel pour se faire une idée déjà très précise de ce qu'est la théorie de l'évolution.

L'album est surtout intéressant pour ses considérations scientifiques en fin d'ouvrage mais il aussi est un véritable livre d'art car les illustrations très colorées et très poétiques sont magnifiques.

La première partie de l'album présente comme une mise en bouche, des représentations d'embryons ou de cellules, dont l'auteur s'amuse à nous questionner sur leur finalité, préparant le lecteur aux explications scientifiques qui suivent.

A mettre entre toutes les mains, petites ou grandes, en ayant à l'esprit les thèses créationnistes qui remettent en question de plus en plus agressivement la théorie de l'évolution.

A recommander pour tous dès 7 ans

Rappel du titre : Qui est-ce ? Les mille vies de l'être humain de Paolo VITALE illustré par Rossana BOSSÙ - Éditions Dadoclem - 14

 
 Les commentaires sont ouverts sur cette note

18:00 Publié dans Jeunesse | Lien permanent | Commentaires (0)

Jour du dépassement - La Terre

  CAFE 2.jpgimages (1).jpgdownload.jpg

jour-depassement-terre.jpg

Jour du dépassement : on a dépassé les bornes Aurélien Boutaud et Natacha Gondran           31 juillet 2018 http://www.slate.fr/story/165293/terre-va-sarreter-tourner-apres-1er-aout-jour-depassement-limites-ecologiques-planetaires

L’humanité consomme chaque année davantage de services issus de la biosphère que celle-ci est capable d’en régénérer. Ce 1er août, l’humanité aura consommé l’équivalent de ce que la biocapacité mondiale est capable de fournir en un an. 

C’est devenu un rituel estival. Un peu comme la Fête de la musique ou le Tour de France. Chaque été, au mois d’août, alors que les Français et Françaises n’aspirent qu’à profiter de leurs vacances, une information dramatique se met à circuler dans les médias: le «Jour du dépassement écologique» est arrivé!  À partir de cette date fatidique, et jusqu’à la fin de l’année, l’humanité va donc vivre à crédit de la nature. On imagine aisément le vacancier ou la vacancière, sur la plage ou au camping, apprenant par la magie des ondes la nouvelle de cet effondrement annoncé.

La Terre va-t-elle cesser de tourner après le 1er août? Eh bien… non. Pas de panique (enfin, pas tout de suite). Cette année encore, la Terre continuera de tourner après le Jour du dépassement. En attendant, essayons de comprendre comment est calculée cette date et quel crédit scientifique il convient de lui accorder.

À LIRE : Doit-on vraiment s'inquiéter du "Jour du dépassement"?

L’empreinte écologique, c’est sérieux ?

Le Jour du dépassement écologique s’appuie sur les résultats de "l’empreinte écologique", un indicateur inventé au début des années 1990 par deux chercheurs de l’Université de Vancouver. Mathis Wackernagel et William Rees cherchaient à élaborer un outil synthétique permettant de mesurer le poids de l’activité humaine sur la biosphère. Ils eurent alors l’idée d’estimer les surfaces de terre et de mer qu’il conviendrait de mobiliser pour répondre aux besoins de l’humanité. Plus précisément, l’empreinte écologique mesure deux choses: d’un côté, les surfaces biologiquement productives dont il faut disposer pour produire certaines ressources renouvelables (alimentation, fibres textiles et autre biomasse); de l’autre, les surfaces dont il faudrait disposer pour séquestrer dans la biosphère certains polluants.

Au tournant des années 2000, le concept a rencontré un tel succès qu’une multitude de travaux ont été publiés, participant à rendre le calcul de l’empreinte écologique de plus en plus solide et détaillé.

Aujourd’hui, en s’appuyant sur des centaines de données statistiques, l’ONG Global Footprint Network estime l’empreinte écologique de l’humanité à environ 2,7 hectares par habitant. Cette moyenne mondiale cache toutefois d’énormes disparités: tandis que l’empreinte écologique d’un États-Unien dépasse les 8 hectares, celle d’un Afghan est inférieure à 1 hectare.

À LIRE  Extinctions de masse des espèces: comment la vie rebondit

À LIRE: Nous avons épuisé toutes nos ressources naturelles pour l'année

Le Jour du dépassement a donc le mérite d’attirer l’attention du grand public sur une réalité incontournable: nous outrepassons plusieurs limites écologiques planétaires. Un constat dont l’humanité devrait plus sérieusement se préoccuper, faute de quoi la Terre pourrait bien un jour non pas cesser de tourner… mais continuer sans nous.

Aurélien Boutaud et Natacha Gondran ont coécrit L’empreinte écologique (éditions La Découverte, 2018)

Exposition aux champs électromagnétiques

  CAFE 2.jpgimages (1).jpgdownload.jpg 

Communiqué de presse - Jeudi 17 mai 2018 - Projet de loi "ELAN" et exposition aux champs électromagnétiques : non à la remise en cause de la loi Abeille !

2016_LA_LOI_ABEILLE.pdf  Clic

Non à la suppression de l’encadrement du déploiement des installations de téléphonie mobile

image019.pngLa loi Abeille était motivée par une préoccupation de santé publique, et de fonctionnement démocratique de l’implantation et du déploiement des installations de téléphonie mobile et internet. Elle donne un rôle aux pouvoirs locaux et aux communes en termes de concertation des riverains. Ces image020.jpgdispositions sont essentielles, dans un contexte d’exposition généralisée et subie des populations aux ondes électromagnétiques. L’article 62 du projet de loi "ELAN" supprime le délai de 2 mois imposé aux opérateurs pour les demandes d’autorisation d’urbanisme concernant les installations radioélectriques, après avoir déposé le dossier d’information auprès du maire. Le texte réduit également de 2 à 1 mois le délai minimum qui leur est imposé avant de débuter les travaux lors de modifications substantielles d’installations radioélectriques, susceptibles d'avoir un impact sur le niveau de champs électromagnétiques émis par celle-ci, après avoir déposé le dossier d’information auprès du maire. 

image004.jpgMultiplication des sources d’exposition et types de radiofréquences : des risques pour la santé

L’exposition aux radiofréquences et la multiplication des types de radiofréquences et des sources (objets connectés, 4G puis 5G, compteurs Linky, image021.jpgWifi déployé dans tous lieux comme dans les transports, etc.) est un sujet majeur de préoccupation de santé publique.   

Il concerne l’ensemble de la population. Des données font déjà état de la nécessité d’appliquer le principe de précaution. Le CIRC (Centre International de Recherche sur le Cancer, OMS) a classé en 2011 les champs électromagnétiques de radiofréquences cancérogènes possibles pour l’être humain (4). L’Anses dans un récent rapport a souligné que des travaux supplémentaires devraient être entrepris sur la question de l’hypersensibilité aux radiofréquences (5). Enfin tout récemment, des scientifiques de l'Agence fédérale américaine du National Toxicology Program (NTP) et un panel d’experts associé ont conclu qu'il existe des «preuves évidentes» reliant le rayonnement des téléphones mobiles au développement de cancers chez les rats (6). N’est-ce pas suffisant pour l’application du principe de précaution pour les humains ?

 ______________________________________________________________________________________________

 Projet de loi Evolutions du Logement et Aménagement Numérique, http://www.assemblee-nationale.fr/15/projets/pl0846.asp

Loi relative à la sobriété, à la transparence, à l’information et à la concertation en matière d’exposition aux ondes électromagnétiques du 9 février 2015 https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.docidTexte=JOR...

"La Fédération et les opérateurs ne cessent de demander de simplifier et de stabiliser le régime des autorisations administratives préalables à l’implantation d’un site mobile et de rendre moins contraignantes les règles d’urbanisme. Certaines de leurs propositions devraient intégrer le projet de loi pour l’Evolution du Logement et l’Aménagement Numérique (ELAN) qui sera examiné en Conseil des ministres courant mars." Cité par la Fédération Française des Télécommunications https://www.fftelecoms.org/nos-travaux-et-champs-dactions...

Le CIRC classe les champs électromagnétiques de radiofréquence comme « peut-être cancérogènes pour l’homme », communiqué de presse n° 208, 31 mai 2011 http://www.iarc.fr/fr/media-centre/pr/2011/pdfs/pr208_F.pdf

Avis et Rapport de l'Anses relatif à l’expertise sur l’hypersensibilité électromagnétique (EHS) ou intolérance environnementale idiopathique attribuée aux champs électromagnétiques (IEI-CEM), 27 mars 2018 https://www.anses.fr/fr/content/hypersensibilit%C3%A9-aux...

Usage du téléphone portable et risques de cancer : des preuves existent selon des experts américains, 4 avril 2018 http://www.projetnesting.fr/Usage-du-telephone-portable-e...

  ________________________________________________________________________________

Contacts presse : Jacqueline Collard - Présidente Santé Environnement Rhône-Alpes - 06 20 98 61 01 - Elisabeth Ruffinengo - Responsable plaidoyer WECF France - 04 50 83 48 13

Janine Le Calvez - Vice-présidente de Priartem -  02 37 41 80 55 - Robin des Toits - contact@robindestoits.org